Clermont-Ferrand, Jour 5


Clermont-Ferrand, Jour 5

C'est un fait, le graffiti est à la mode. Pourquoi et comment cela est arrivé ? Nous n'en avons pas la moindre idée, et c'est tant mieux. Continuons tout simplement à profiter sans réfléchir des surprises qui nous attendent au coin des rues, des découvertes que l'on fait de ville en ville.

Article de Lydia Castellano



Le Court du Jour

Il fait bon vivre à Moscou quand la mer est juste au coin de la rue, lorsque le soleil estival brille sans relâche et que les cinquante beautés de l'équipe de natation synchronisée féminine de Kiev viennent tout juste d'arriver en ville pour s'entraîner dans la mer pendant plus d'un mois.

More Zhelaniy / Mer de désirs (27') conte une journée comme une autre pour deux amis sans le sou qui se promènent dans la ville de vacances idéale. Sans objectif précis, les deux personnages se laissent aller au gré des rencontres, profitant de l'instant présent, magique bien souvent, et repoussant toujours au lendemain les projets d'avenir.


Le réalisateur Shota Gaminosia fabrique ici le décor parfait pour nos vacances rêvées, et réussit à nous entraîner dans la promenade des deux héros sans aucune difficulté. Mélangeant la plage idéalisée (omniprésente à travers la bande son mais toujours invisible à l'image), avec la lenteur du mouvement des personnages, il nous transporte en douceur dans nos lointains souvenirs des longues vacances d'été, où l'éternelle question "Et qu'est-ce qu'on fait maintenant ?..." n'attendait jamais de réponse précise.

More Zhelaniy nous fait du bien, mais attention : ce n'est sûrement pas un film qui aura le plébiscite général du public, car ces images peuvent sérieusement heurter la sensibilité des spectateurs allergiques à l'imprévu, à la rêverie, à la torpeur, au soleil qui brille fort sur nos têtes.


A relire : Clermont-Ferrand, Jour 4



Logo IEUFC