Jeune Cinéma


Jeune Cinéma

Elle tient bon depuis les années 60, mais son avenir reste fragile. Aujourd'hui, Il était une fois le cinéma soutient la revue Jeune Cinéma.

Article de Lucien Logette et Jean-Michel Deroussent



Une revue historique

La revue Jeune Cinéma est née en septembre 1964 à l'initiative de la Fédération Jean Vigo des Ciné-Clubs de Jeunes. Au milieu d'une presse spécialisée alors florissante – une quinzaine de titres mensuels –, il semblait à Jean Delmas, son fondateur, qu'il y avait place pour une revue différente, qui constitue un lien entre les nombreux ciné-clubs de lycées en activité, mais sache s'ouvrir sur un public plus large. Ses premiers éditoriaux lançaient des mots d’ordre clairs : curiosité et action, méfiance devant les modes, pari sur la modernité, refus d’un cinéma qui ne vivrait que pour soi. Objectifs atteints : Jeune Cinéma, très présente dans les festivals européens peu fréquentés, fut la première à découvrir, dès 1965, les nouveaux cinémas qui surgissaient, en Tchécoslovaquie, en Pologne, en Hongrie...

A ce titre, il faut noter le dernier numéro spécial de la revue qui vient de paraître en hommage à Andrée Tournès, disparue en février dernier à l'âge de 91 ans.


Une passion commune

Cette volonté particulière de la revue de rechercher un cinéma hors des circuits habituels ne s'est pas éteinte avec la disparition des ciné-clubs. Depuis désormais presque cinquante ans, Jeune Cinéma a persisté dans l'exploration des marges, toujours plus fertiles en découvertes que la production formatée – sans pour autant oublier le cinéma « qui se fait », mais en conservant la perspective fondatrice : curiosité d'abord ! Mieux vaut insister sur une première œuvre d'un cinéaste inconnu que louanger un film qui n'a nul besoin d'être défendu : Louise Wimmer (Cyril Mennegun, 2012) plutôt que Potiche (François Ozon, 2010)…

Position exigeante que ne vient obérer aucune contrainte : Jeune Cinéma n'accueille aucune publicité, choisit ses couvertures, ne dépend d'aucun pouvoir autre que celui de ses abonnés. Cette vision rejoint celle d'Il était une fois le cinéma, qui depuis son lancement en 2005 n'accueille aucune publicité commerciale. Mais position difficile : si elle fait partie, avec les Cahiers du cinéma et Positif, du club des rares revues qui aient tenu depuis les années 60, son avenir, fragile, reste à construire. C'est dans ce cadre qu'Il était une fois le cinéma apporte son soutien à Jeune Cinéma.

Un support complémentaire

Jeune Cinéma est avant tout une revue papier sur le cinéma, complémentaire au webzine Il était une fois le cinéma.

Le site a d'ailleurs collaboré à la mise en ligne d'archives de la revue Jeune Cinéma, consultables dans la rubrique dédiée.

L'occasion également de vous rappeler que vous pouvez vous lire et relire Jeune Cinéma en vous abonnant directement auprès de Lucien Logette, son rédacteur en chef, par le biais du bulletin d'abonnement.



Logo IEUFC