Lady Bird


Lady Bird

Un film de Greta Gerwig

Avec Saoirse Ronan, Laurie Metcalf

Une tranche de vie aussi légère qu'une part de cheesecake de chez Walmart.

Article de Jean-Michel Pignol 1 étoile



Le système universitaire américain est impitoyable. Pas de Post-Bac ni de Parcoursup pour miraculeusement exaucer les vœux des futurs étudiants. Pour Christine, qui impose qu’on l’appelle « Lady Bird », la tâche s’avère encore plus ardue. En dernière année dans un lycée de Sacramento, capitale discrète pour ne pas dire oubliée de la Californie, la gamine ne peut pas compter sur les encouragements de ses enseignants ni sur ceux de sa mère qui ne la voient pas aller bien loin. Mais Lady Bird ne l’entend pas de cette oreille. Elle n’attend pas que ça tombe du ciel. Avec les garçons aussi, quitte à faire fausse route dans un premier temps. La persévérance finira par payer un jour. La recette n’a rien de nouveau, les gros ingrédients du Teen-Movie pré-fac sont réunis dans cette première réalisation solo de Greta Gerwig. Les Golden Globes ont doublement succombé au gout du sucré : meilleur comédie, et meilleure actrice. Vous en prendrez une part ?
 


A Bobo is Born


Greta Gerwig a du beaucoup pensé à elle pendant l’écriture de son scénario. A son personnage plus exactement. L’éternelle romantique, excentrique et lunaire dont la fine silhouette colle à merveille à l’univers des comédies romantiques made in US, versant cinéma indépendant, Frances Ha (2012) et Maggie à un plan (2015) pour les plus célèbres. Lady Bird comme un préquel. La jeune femme rêve de vivre à New-York pour son foisonnement culturel. Rester simple, la réussite financière ne saurait être un critère pertinent. S’épanouir, socialement et sexuellement. Affirmer son indépendance. Démocrate jusqu’au bout des ongles, car les Républicains voient des terroristes plus que de raison. Un goût pour l’introspection et une verve qui auraient trouvé une place de choix dans le microcosme New-Yorkais de Woody Allen. Telle est notre petite Lady Bird.

Saiorse Ronan, dont la rousseur flamboyante a éclairé nos écrans dans Brooklyn (John Crowley, 2015), apparait ici comme une évidence. Une femme-enfant au joli petit minois, qui brûle d’impatience de voler de ses propres ailes. Une bonne dose de folie douce qui l’amène à s’éjecter d’un véhicule en pleine route, suite à un désaccord avec sa mère. Egocentrique, jusqu’ à provoquer l’irritation. Son innocence permet de tout se faire pardonner. Cette clémence ne peut valoir pour Gerwig. La paresseuse réalisatrice fait tout reposer sur les épaules de sa jeune comédienne. L'ensemble sonne désespérément creux. Un scénario écrit sur un bout de table. Les quelques répliques bien senties ne sauraient suffire à sauver la vacuité des propos. Pour un soupçon d’audace dans la mise en scène, on repassera.
 


Un angélisme sirupeux

Non contente de baliser son récit d’apprentissage comme un rayon de supermarché, la réalisatrice le vide de ses enjeux. Le poids de la religion, l’héroïne étudie dans un établissement catholique, se limite à de simples conseils bienveillants. Les interrogations liées aux premiers rapports sexuels, le plaisir ou son absence sont traités en mode mineur. Dans la ville, la voie de chemin de fer sépare sans rancoeur les riches des pauvres. La maladie et la mort font partie de la vie, nous devons les accepter sans se plaindre. Gerwig confond la légèreté avec la niaiserie. Quel public vise-t-elle ? Les adolescents probablement. Elle ne leurs rend pas service. Dans la première partie du film le scénario installe toute une série de relations artificiellement conflictuelles, celle avec la mère étant la plus problématique sur le papier. Ne nous inquiétons pas les affrontements ne dépassent jamais les règles de la bienséance ; tous les personnages secondaires étant tellement insipides. Je ne vous apprendrais rien : à la fin tout s’arrange. Une fac New-Yorkaise a accepté la candidature de la jeune femme. Loin de ses proches, Christine comprend enfin ô combien sa mère tient à elle, grâce à une jolie lettre manuscrite envoyée en cachette par son père. Lady Bird va pouvoir prendre son envol dans un horizon sans nuage.


Fiche du film


Logo IEUFC