Call me by your name


Call me by your name

Un film de Lucas Guadagnino

Avec Armie Hammer, Timothée Chalamet

"Call me by your name" ou l’histoire d’amour la plus bouleversante de cette rentrée.

Article de Stéphanie Chermont 4 étoiles



L’histoire de ce film commence avec un roman, Appelle-moi par ton nom d’André Aciman, réédité aux Éditions Grasset le 7 février. Véritable chef d’œuvre, ce livre nous emmène comme un flashback dans la vie d’un adolescent de 17 ans qui, en plein été en Italie, dans les années 80, découvre l’amour pour la toute première fois. Un amour homosexuel, sensuel, entre chaleur au bord de la piscine, visites de villages italiens déserts, Art, recherches archéologiques. À sa manière, le réalisateur Luca Guadagnino (Amore, A Bigger Splash) capte cette atmosphère et, comme dans le roman, permet à son narrateur de s’ancrer dans la réalité, en passant par l’amour.

Le décor ainsi planté, celui d’une villa du XVIIe siècle au charme fou, perdue dans un coin de paradis où parfois ses résidents s’ennuient, les deux protagonistes Oliver et Elio, joués à merveille par  Armie Hammer et Timothée Chalamet (nommé aux Oscars !), vont se tourner autour, fusionner puis s’adorer pleinement. La force du film n’est pas seulement de raconter un amour mais d’aller encore plus loin dans l’aventure de ce jeune garçon. Les parents - un père intellectuel, une mère traductrice très présente -, tiennent une place fondamentale dans la composition de l'adolescent faite d'une certaine candeur qui va progressivement être cassée. Là est donc la grande force du long métrage de Luca Guadagnino : le pouvoir de fouiller la mémoire de l'adolescent que chacun de nous a été. Il nous permet de revenir à notre propre adolescence, celle des espérimentations et des premiers émois, celle d’un début dans l’âge adulte avec tout ce que cela comporte de réel.
 


Avec gourmandise, Luca Guadagnino s’amuse à cuisiner les sentiments de ses personnages, jusqu’à travailler aussi sur la sexualité d’Elio – la scène avec une pêche restera à cet égard dans les esprits de chacun ! Comme dans le roman, le réalisateur saisit l’importance de cette histoire du point de vue du jeune homme, et non comme un simple spectateur de cette épopée amoureuse. Avec justesse et une direction d’acteurs exceptionnelle, on sent et on ressent ce qu’il se passe dans la tête d’Elio, comme à la lecture de Appelle-moi par ton nom. Alors certes, les deux hommes ont une différence d’âge considérable, mais ce n’est pas le plus important dans cette histoire. On a le sentiment que le réalisateur a souhaité rendre hommage à l’image du père qui, comme dans le film, apprend, protège, réfléchit avec son fils. À sa façon, la réalisation de Luca Guadagnino convoque les cinéastes qui ont influencé ce dernier, de Rohmer à Bertolucci.

Entre nature, corps bouillants, style années 80, fouilles en mer, relation de famille et découverte de l’amour, on peut aisément dire que Call me by your name est l’un des plus beaux films de cette rentrée, si ce n’est l’une des plus belles histoires d’amour de ces dernières années au cinéma !

 
 


Fiche du film


Logo IEUFC