La Villa


La Villa

Un film de Robert Guédiguian

Avec Jean-Pierre Darroussin, Ariane Ascaride, Gérard Meylan, Jacques Boudet, Anaïs Demoustier

En avant toute !

Article de Anne Milojevic 3 étoiles



 
Assis sur un transat d’une terrasse surplombant la mer, un homme éteint sa dernière cigarette et s’écroule, dans une acceptation ironique de son sort « tant pis ». Ses derniers mots annoncent la couleur d’une histoire cousue de récits multiples, attirés comme des aimants vers un noyau central, l’île, sorte de socle immuable qui voit déferler sur lui les vagues imprévisibles.

En une succession de plans efficaces à l’architecture économe, on se retrouve comme un rien projetés dans une histoire familiale ; celle d’un père vieillissant se faisant écho à l’île - son accident vasculaire ne lui garantit plus qu’une présence physique - attirant dans la même impuissance, des destins différents; ceux de ses voisins et amis, un couple âgé morfondu dans un appartement devenu trop cher, et ceux de ses trois enfants, Armand, qui a repris le restaurant de son père, Joseph venu avec Bérangère (sa fiancée) et Angèle, revenue pour le partage des biens après vingt ans d’absence.
 
 

L’émotion de ces retrouvailles fait rapidement gonfler les branches intergénérationnelles qui dans une transversalité temporelle opèrent un chevauchement sensible entre les époques qui déteignent les unes sur les autres. Le noir et blanc des photos accrochées, et les souvenirs d’enfance restitués se cognent au présent, et des retours s’opèrent en va et viens au dépens de chaque personnage situé individuellement dans son propre bloc temporel, mais acceptant l'échange dans une écoute sensible et concernée. Armand perpétue les traditions en préservant l’identité du restaurant paternel et en se heurtant aux nouvelles lois du marché, Joseph tire vers lui sa fiancée qui s'échappe dans le temps présent. Les temporalités tentent de s’entendre dans la lutte, entre préservation et acceptation du changement.


Union et séparation lie et distancie les générations jusqu'au moment où une certaine tranquillité s'installe, comme un ordre établi;  elles finissent par s’accepter elles-mêmes. Le couple de retraités quittent le monde, main dans la main, emportant avec eux leurs convictions et laissant à la génération suivante, le soin de bâtir les leurs. Bérangère s’amourache d’un jeune médecin connecté comme elle, les pieds bien ancrés dans leur génération, tandis qu’elle se détache de Joseph, attaché trop profondément à la sienne et aux combats d'un autre temps, et à qui elle fait entendre que le temps lui ait aussi compté. A l’inverse, Angèle, qui a perdu sa fille vingt auparavant, renoue avec la génération d’en dessous, en acceptant la tendresse d’un pêcheur.

Passé, présent et futur se frottent aux mêmes questionnements du temps qui coule, et à cette île dont les pierres enregistrent le passage des vagues. Celles qui s’y déferlent, amènent dans leurs flots les gens du nouveau monde, cette génération du présent où les inégalités se creusent : riches acheteurs en bateau à moteur, et réfugiés rescapés d’un naufrage.
On pense au fleuve de Renoir, celui qui fait venir le capitaine John chez Harriet, l’anglaise exilée aux Indes. Il y a cette même allégorie poétique de la vie qui s’écoule. Et si Guediguian, sans amertume, fait jouer des notes plus sombres dans la dualité des anciens (remplis des rêves d'enfance) et des trentenaires (Bérangère et le jeune médecin pris tout deux dans le piège du gain), il répare la fissure avec les enfants réfugiés, qui mêlent à la fin du film, l'écho de leur voix à celui des anciens. Un apaisement se cristallise alors, l'espoir résidant dans cette nouvelle époque, à sa venue, pendant que la gente armée lutte avec un acharnement vain contre les invasions.
 
Envahir, c’est bien ce que Guediguian veut nous signifier: envahir le présent, et aller de l’avant !

 
 
 
 


Fiche du film


Logo IEUFC