Leçon de classes


Leçon de classes

Un film de Ian Hrebejk

Avec Zuzana Mauréry, Csongor Kassai

Non dénuée d'humour, une dénonciation du communisme un peu trop sage et didactique.

Article de Jean-Michel Pignol 2 étoiles



La directrice d’un collège de Bratislava a convoqué les parents d’élèves pour statuer sur une plainte déposée contre la professeure principale. María Drazdechová, un membre influent du parti politique dominant, est accusée de profiter de son statut pour obtenir des privilèges. L’action se situe en 1983, début de l’ère postcommuniste durant laquelle le système des petits arrangements reste encore profondément ancré dans les mœurs d’une population peu disposée à se remettre en question. De par sa diversité, la communauté parentale constitue un laboratoire idéal pour cette Leçon de classes dispensée par Jan Hrebejk. Révélatrice mais peu surprenante, ironique mais insuffisamment corrosive, la copie rendue mérite bien la moyenne, mais pas forcément beaucoup plus.
 



Un trombinoscope complet


Une fois tous les parents réunis dans la salle de classe, le récit s’articule sur deux temporalités. Le présent qui voit les différents points de vue s’opposer sur une tonalité de plus en plus violente et menaçante : l’occasion de mettre en exergue une société tchécoslovaque où les catégories sociales bouillonnantes ne contiennent leurs velléités que par crainte de l’œil de Moscou. En alternance, des flash-back viennent alors illustrer et enrichir la présentation des faits. Le regard de Jan Hrebejk se dirige essentiellement vers les familles les plus modestes : simple comptable, famille monoparentale… Une plongée dans l’intimité qui révèle l’ambivalence de ces hommes et femmes, tiraillés par leur conscience mais fortement tentés par le confort de la corruption.

L’enseignante mise en cause qui n’a pas souhaité assister à la réunion s’impose cependant comme l’élément central de la photo de classe. Ses intentions ne souffrent d’aucune ambigüité, générant ainsi toute la force et l’intérêt de son personnage. Imperturbable, possédant toujours un coup d’avance sur son entourage, la séduisante et perfide enseignante sait, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, abandonner son profil tyrannique pour adopter une posture de victime. Mention très bien pour Zuzana Mauréry, dont l’interprétation qui flirte avec le second degré donne naissance à une héroïne adorablement détestable.

 



Un programme suivi à la lettre


Le soin apporté à la photographie et aux décors atteste de la volonté de présenter un beau témoignage d’époque. L’immersion, parfaitement réussie, séduit par son côté délicieusement kitsch. Mais la structure de l’exposé montre rapidement ses limites. Ainsi, le montage en alternance systématise le scénario : au témoignage d’un parent succède un flashback explicatif. La lente et progressive montée des tensions et la convergence des récits personnels accentuent la dimension programmatique. Rien ne manque dans le développement : la problématique, les hypothèses, la solution. Et pour conclure, l’ouverture sur une époque plus récente où les variables restent inchangées. Même si l’humour dénonce l’absurdité de certaines situations, la satire manque de mordant. A trop vouloir préserver une part d’innocence et de bienveillance, le ton reste trop tiède pour suffisamment écorner tout ce petit monde. Par ailleurs, le peu d’audace de la mise en scène et l’absence d’impertinence rendent cette Leçon de classes trop confortable pour nous secouer.


Fiche du film


Logo IEUFC