Tom of Finland


Tom of Finland

Un film de Dome Karukoski

Avec Pekka Strang, Lauri Tilkanen, Jessica Grabowsky

Avec ce portrait d’un créateur de « dessins cochons », Dome Karkoski délivre aussi une peinture de la société et du monde gay.

Article de Jean-Max Méjean 2 étoiles



Les « dessins cochons » de Tom

De son vrai nom Touko Laaksonen, Tom of Finland est devenu au cours du temps le dessinateur préféré des gays avec ses personnages bien membrés, vêtus souvent de cuir ou à l’apparence militaire, un goût qui lui viendrait de son séjour comme officier pendant la Deuxième Guerre mondiale, où il découvrit sa sexualité dans les lieux secrets de rencontre homosexuelle. Dans les années 70, on imagine sans peine que ces dessins censurés, réalisés la nuit après ses journées passées comme dessinateur dans une agence de pub, ont pu faire fantasmer les homosexuels honteux qui y découvraient au contraire un monde solaire, libéré de la honte et du poids du péché. Une libération en quelque sorte, jusqu’à la consécration internationale. Dome Karkoski, un des plus grands réalisateurs finlandais, a voulu rendre hommage à ce créateur modeste pour tenter d’approcher, avec un biopic romancé, au plus près du secret de sa vie, de ses amours et des tourments.

Mise en scène efficace

La mise en scène est efficace et les acteurs – notamment Pekka Strang et Lauri Tilkanen dans les rôles principaux - très bien choisis, après un long casting comme le rapporte le réalisateur. Sur le plan de la mise en scène, il y a une grande attention portée aux détails, aux vêtements bien sûr, mais aux décors et surtout à l’éclairage grâce au directeur de la photographie, Lasse Frank. La première partie se passe dans une sorte de pénombre sépia, comme pour rendre compte de l’enfermement de l’homosexualité dans l’après-guerre et jusqu’aux années 70. Puis, après son passage en Californie, la lumière se fait plus crue et les images deviennent plus colorées. Ce choix esthétique est revendiqué par le metteur en scène qui déclare dans le dossier de presse : « Nous avons perçu son histoire comme celle d’un homme qui passe de l’ombre à la lumière. Au début de sa carrière, il travaillait pour une agence de publicité pendant la journée et il dessinait la nuit en secret. Sa passion se construisait dans l’obscurité. Mais la plupart de ses personnages se promenaient en plein jour à la lumière. Heureux et fiers. Ce contraste nous a donné l’idée du contexte visuel du film. Et ensuite à Los Angeles, il a pu dessiner pendant la journée. Il est sorti dans la lumière. »
 



Du porno en tenue cuir


Inventeur en quelque sorte du personnage récurrent de Kake, tout vêtu de cuir jusqu’à la casquette cloutée, tenue que le dessinateur adoptera également à son tour au grand étonnement de sa sœur, Tom of Finland en fera involontairement son héros principal au sourire sexy, à la posture provocatrice et à la joie de vivre débridée et provocatrice. C’est sans doute ses dessins qui lanceront la mode cuir qui sévira dans les clubs homo des années 60 et qu’on retrouve dans l’ambiance gore du film Cruising de William Friedkin avec Al Pacino. Au moment de l’apparition du sida, dès le milieu des années 80, cet érotisme libéré et exhibitionniste fera tomber une sorte d’anathème sur Tom of Finland, accusé à tort ou à raison d’avoir favorisé les relations sexuelles non protégées. Mais par un rapide retournement conseillé par son agent canado-américain, Durk Dehner, les Kake seront exhibés en ville avec comme conseil de mettre des préservatifs.

Une icône gay mondiale

À sa mort en 1991, Tom of Finland sera devenu une véritable icône et ses œuvres exposées un peu partout dans le monde, en compagnie parfois de David Hockney et de Matisse notamment lors de l’exposition Master Drawings au County Museum of Art de Los Angeles en 1997. Les « petits dessins cochons », comme il les qualifiait lui-même, ont inspiré de grandes icônes de la musique, de l’art et de la mode, comme par exemple Freddy Mercury, Village People, Holly Johnson du groupe Frankie Goes To Hollywood, mais aussi Jean-Paul Gaultier, Robert Mapplethorpe, Pierre & Gilles, Helmut Lang, etc. la liste est loin d’être exhaustive. Laissons à Dome Karkoski le mot de la fin : « Tom of Finland est l’histoire d’un homme en avance sur son temps qui se rebelle avec courage contre un monde lui interdisant d’être lui-même, c’est-à-dire un homme homosexuel avec des fantasmes homosexuels. L’histoire raconte la trajectoire de cet homme qui, à lui seul, va provoquer un changement dans le monde, simplement grâce à son art. C’est la vie d’un artiste reconnu, son histoire d’amour et son combat. »


Fiche du film


Logo IEUFC