Lumière ! L'aventure commence


Lumière ! L'aventure commence

Un film de Thierry Frémaux

Un beau film qui aide à comprendre le sel du cinéma.

Article de Ksenia Ragot 3 étoiles



Sur l’affiche nous voyons l’image fastidieuse de L’Arroseur arrosé (1895), réalisé par les frères Lumière. A côté d’elle, un habitué du cinéma peut passer tout naturellement, même si chaque francophone a déjà entendu parler des Lumière au mois une fois dans sa vie. Cette affiche est le symbole de leur succès, mais aussi du gag le plus ancien du cinéma et de l’invention du remake car, ayant bénéficié d'une demande inattendue du public, L’Arroseur arrosé, fut tourné en plusieurs versions. Les films des premiers temps, ne font pas forcement l’amuse-bouche du vendredi soir. Pourtant, quel dommage !

 
 
 
Pendant que le gouffre entre les critiques de cinéma et le public des multiplexes continue de s’agrandir, Thierry Frémaux, délégué artistique du Festival de Cannes et directeur de l’Institut Lumière de Lyon, fait une sélection de cent huit films d'une durée de cinquante secondes chacun, et les rassemble dans un long métrage d’une heure et demi « cédant » à la pratique contemporaine de la projection. Aucune autre image que celle de Lumières n’est projetée. Les films sont regroupés en onze chapitres avec un épilogue et classés par sujet. Et puis, il y a les commentaires de Thierry Frémaux, qui nous accompagnent et nous racontent ce que l’on voit sur l’écran. C’est ainsi qu’on se rend compte qu’il est fructueux de voir les films des Lumière surtout quand on sait « par où regarder ». Les premiers films des Lumières sont d’une beauté qu’on risque de manquer car étant simple et complexe à la fois. Le spectateur est bien trop habitué au langage visuel contemporain qui le poursuit en permanence et dont la qualité est majoritairement peu soignée. Il est difficile de prendre du recul pour se rendre compte que depuis son invention en 1895, le cinéma a peut-être fait peu de progrès, mais a plutôt rétrogradé en masse.
 
A l’instar de la musique de Bach, qui fut une invention clé du code musical pour les musiciens des siècles à venir, les Lumières ont créé à la fois l’appareil et le film. Tout comme Mozart et Beethoven qui ne pouvaient que s’émerveiller devant le génie de Bach ayant tout inventé dans le monde musical, les jeunes réalisateurs et les spectateurs devraient apprendre par cœur les films des frères Lumières, car ils contiennent déjà toute la base du langage cinématographique : le travail minutieux du cadre, le traitement intelligent de la profondeur de champ, les travellings latéraux, le mouvement de la caméra en avant et en arrière, qu’ils appelaient les « panoramas », mais aussi les enjeux de la mise en scène, l’utilisation de la lumière naturelle et surtout une force monumental dans leurs choix de points de vue et du sujet.

Ce documentaire, Lumière !, possède une valeur pédagogique inestimable, il favorise l’éveil de l’intelligence et de la beauté en chacun de nous.


Fiche du film


Logo IEUFC