Corniche Kennedy


Corniche Kennedy

Un film de Dominque Cabrera

Avec Lola Creton, Aïssa Maïga, Moussa Maaskri, Kamel Kadri

Marseille, comme on la voit peu, de l’intérieur ou plutôt, vue d’en haut.

Article de Stéphanie Chermont 3 étoiles



Adapté du livre éponyme de Maylis de Kerangal, Corniche Kennedy s’aventure à Marseille pour filmer au plus près un groupe de jeunes, de tous milieux, jouant de leur vie et de leur avenir. Au plus proche de la réalité, loin des clichés, la réalisatrice Dominique Cabrera (L'autre côté de la mer, Nadia et les hippopotames, Le lait de la tendresse humaine, Grandir, etc.) montre encore une fois son talent de dénicheuse, de conteuse d’histoires modernes, avec un goût prononcé pour des plans emplis de soleil, de sensualité et de réalité. Respectant le livre de Maylis de Kerangal tout en l’adaptant à sa sauce, Dominique Cabrera nous embarque dans l’histoire d’amour et d’amitié d’un groupe de jeunes, au bord de l’eau, comme au bord de leur vie. Entre défis sportifs – sauter du haut de cette corniche vertigineuse, défis de vie – s’extirper de la cité ou de la drogue, les jeunes acteurs qui composent cette joyeuse bande font plus vrais que nature.

Un casting réalisé au coeur de la cité phocéenne

En effet, c’est en allant directement à Marseille, voir ces sportifs du quotidien sauter, que la réalisatrice a fait son casting. À part l’excellente Lola Creton (repérée dans les films En ville, Après Mai, Un Amour de Jeunesse, etc.), et Aïssa Maïga (Prêt à tout, Bienvenue à Marly-Gomont, Je vais bien, ne t’en fais pas, etc.), les acteurs de Corniche Kennedy sont pour la plupart leur première expérience devant la caméra. Il en sort quelque chose de naturel, spontané, comme si nous nous immiscions dans leur quotidien. Le film, par cet aspect très proche du réel, est telle une porte ouverte sur la jeunesse marseillaise, décontractée, la peau bronzée, faisant les choses à l’instinct, contre vents et marées.

 


Une mise en scène authentique de la jeunesse

Mais la force de Corniche Kennedy réside dans sa réalisation surprenante, au détail, sublimant cette bande de potes sortis d’un livre à succès, prenant forme et caractère. L’amour, l’amitié, deux valeurs centrales du film, s’écartent de tous les clichés et caricatures pour laisser place à une spontanéité rare dans le cinéma français. On sent la réalisatrice touchée par ce qu’elle voit, ce qu’elle montre, comme si Marseille n’avait jamais été révélée par un regard féminin, moderne, sincère. Et bien sûr, l’histoire se raconte, avec policiers et drogue à la clé, mais n’étant que le côté obscur de cette rayonnante épopée humaine.

Un long métrage qui nous emmène loin, et pourtant si près, dans cette cité phocéenne, en plein mois de janvier...


Fiche du film


Logo IEUFC