Apnée


Apnée

Un film de Jean-Christophe Meurisse

Avec Céline Fuhrer, Thomas Scimeca

Un film aussi libre que foutraque qui fait vraiment du bien.

Article de Marion Roset 3 étoiles



Déjà réalisateur du moyen métrage Il est des nôtres (2013), Jean-Christophe Meurisse a désormais un long métrage à son actif interprété, entre autres, par trois comédiens de son collectif théâtral "Les Chiens de Navarre". Basé sur un scénario sans dialogues confiés donc aux qualités d'improvisation de ses acteurs, Apnée est un film dada qui dérègle tout ce qu'il touche pour notre plus grand plaisir.

Quand Thomas, Maxence et Céline n'essayent pas de se marier tous les trois, ils patinent nus avec des masques de catcheur. Comme ça. Un jour, en mangeant une pizza dans une baignoire en vitrine d'un magasin de sanitaires, Céline déclare qu'elle veut une vie normale avec des enfants, une maison et un travail ; un vie où l'on répond « comme un lundi » au collègue qui vous demande comment vous allez. Thomas et Maxence, eux, seraient plutôt pour une existence vécue dans un éternel présent. Essayer de se fondre dans la société actuelle ou tenter de l'amener vers un peu plus de folie, c'est toute l'interrogation de ce trio de grands enfants.



Le plaisir du burlesque


Dans les premiers moments, les trois fiancés sont constamment à côté. A côté des normes, au ban de la société à cause d'une incompréhension réciproque, sans savoir réellement qui rejette le plus l'autre. Trop francs, trop désinhibés, Thomas Céline et Maxence ne vivent clairement pas comme tout le monde : peu de personnes disent à un enfant qu'il n'est pas très joli ou cherchent à construire un parc d'attractions voué à désenchanter les tout petits. Et puis, au gré des situations, un glissement s'opère dans l'absurdité : à voir les trois amis visiter un appartement pourri à 1200€ disponible à la condition de toucher trois fois le montant du loyer, ou apprendre à serrer des mains pendant une formation à Pôle Emploi, on en vient à se demander où se situe le véritable non-sens. Tout ce qui est accepté dans la vie de tous les jours, ce qui passe pour normal, est en réalité bien plus dément que le comportement des personnages.

Après avoir tenté de trouver un travail, de réaliser leur projet professionnel ou de contracter un prêt, bref d'avoir essayé de jouer le jeu à leur manière et s'être heurtés à la dure réalité, ils décident de partir sur les routes de France en quête de liberté. Une sorte de fuite en forme d'errance pour trouver on ne sait trop quoi, et eux-même le savent-ils ? Il est impossible de deviner la succession des séquences, tant le film s'affranchit de toute logique causale pour employer de grands mots. Tant mieux, car une partie du plaisir ressenti vient de là, de la surprise face à l'inattendu et de la joie de partir à l'aventure avec eux, en tournant le dos à ce qui est trop sérieux et cadré. Une fois lancés en quad sur les routes de France, tout leur est permis, peut-être même trouver un lieu à eux.
 

La République des enfants

Leur traversée géographique, ils la voudraient aussi temporelle, afin de revenir en enfance ou du moins pour retrouver le temps de l'insouciance. Ces trois là sont en réalité trop innocents pour le monde des adultes, trop au premier degré, ce qui permet au spectateur d'éclater de rire sans jamais ricaner. L'envie d'adopter un enfant se change vite en désir de se faire adopter par un couple de parents pour revivre des repas dominicaux calamiteux, se souvenir d'un passé inventé et conjurer la découverte des ruines d'une maison d'enfance abandonnée. La scène est d'abord cocasse, drôle et finit par être touchante tant ce qui avait l'air absurde devient vrai. A partir de là, tout est possible, même investir un village où leurs envies font loi, comme une gigantesque cour de récréation remplie de camarades de jeu qui ne diraient jamais non ou « ça ne se fait pas ». La liberté est totale, même Jésus est enfin autorisé à aller où bon lui semble.

Apnée est un film réjouissant pour de nombreuses raisons. D'abord parce qu'il ose, parce qu'il part dans tous les sens et qu'il montre une société qui marche sur la tête sans se prendre au sérieux à grands coups de Message. Un cadavre exquis complètement fou.


Fiche du film


Logo IEUFC