Tale of Tales


Tale of Tales

Un film de Matteo Garrone

Avec Salma Hayek, Vincent Cassel, Toby Jones, John C. Reilly, Stacy Martin, Shirley Henderson

Fantasmagorie kitsch, le nouveau Matteo Garrone travaille un univers grotesque à l’imagerie forte.

Article de Jean-Baptiste Viaud 2 étoiles



A Cannes, où il était cette année présenté en compétition officielle, ce Tale of Tales a été vite oublié, sacriifé par d’autres films jugés plus importants, plus sérieux. En cause, un univers aussi macabre que kitsch, qui trempe autant dans la violence scabreuse d’une série telle que Game of Thrones que dans l’imagerie d’un Seigneur des anneaux (Peter Jackson, 2001-2003), tout en rappelant à lui les Mille et une nuits (1974) de Pier Paolo Pasolini ou les Contes Immoraux (1974) de Walerian Borowczyk. Il y a vite de quoi ployer sous le poids des références, qui ne sont peut-être pas tant des citations que des genres que le film de Matteo Garrone convoque pour tenter de construire son propre style, son propre imagier à lui. Et si Tale of Tales, tout en rococo et baroque outragé, a parfois de quoi écoeurer par son côté mille-feuille, il serait injuste de n’y voir qu’une outrance de mauvais goût. Adapté des contes de Giambattista Basile, poète napolitain du XVIè siècle, ce best of concocté par Garrone est, quoi qu’il en soit, visuellement puissant.

Ce serait d’ailleurs vite oublier que le caractère grotesque et boursouflé de ses personnages, le cinéaste le travaille depuis ses deux derniers films, Gomorra (2008) et Reality (2012), tous deux couronnés du Grand Prix au Festival de Cannes. Si ces deux précédents opus (une fiction ultra-réaliste sur la mafia napolitaine d’une part ; une satire de la télé-réalité d’autre part) semblent a priori extrêmement éloignés de ce Tale of Tales, tous trois scrutent pourtant l’homme dans ce qu’il a de monstrueux, et possèdent tous une empreinte visuelle forte. Cette empreinte visuelle est ici poussée à son paroxysme, presque jusqu’au vertige : il y a que les contes choisis par Garrone s’y prêtent tout particulièrement. Une reine stérile prête à tout pour tomber enceinte, y compris à demander à une vierge de cuisiner le coeur d’un monstre marin chassé par son roi de mari ; un roi libertin qui tente à tout prix de séduire une jeune femme dont la voix l’ensorcèle, avant que l’on se rende compte qu’elle est particulièrement vieille et laide ; et un roi mélancolique qui se prend d’affection pour une puce, la couvant jusqu’à ce qu’elle atteigne la taille d’une petite voiture, jetant au passage sa fille dans les bras d’un ogre.

 


On peut ne pas adhérer au style - l’ensemble est aussi impressionnant que parfois assez moche et indigeste -, ce n’est pas très important. Tale of Tales se regarde comme on feuillette un livre d’images, un recueil de contes fantastiques - à la différence qu’ici, s’il y en a qu’on aime moins que d’autres, on ne peut pas tourner la page plus rapidement. Il faut pourtant s’en remettre au sérieux avec lequel Matteo Garrone tricote ses histoires, soucieux d’extirper du genre fantastique un style qu’il pourrait faire sien. Il n’y parvient pas tout à fait, et son Tale of Tales se perd parfois dans les méandres des labyrinthes qu’il a lui-même tissés, mais le film finit par tirer son épingle du jeu quand, dans un dernier mouvement extrêmement ludique, il donne à ses vignettes des airs de compétition, comme pour interroger littéralement son titre : quel serait, en fin de compte, le conte ultime, le conte des contes ? Ce sera au spectateur de trancher quand, en toute fin, tous les personnages se trouvent rassemblés dans une arène qui n’est pas sans rappeler le podium final d’une partie de Mario Party - rappelant que, même exécutés avec un grand respect, les contes sont surtout faits pour rêver.


Fiche du film


Logo IEUFC