Vivant !


Vivant !

Un film de Vincent Boujon

Touchant documentaire en forme d’aventure intime.

Article de Jean-Baptiste Viaud 2 étoiles



Sur le papier, l’entreprise a plutôt de quoi inquiéter : rassembler cinq hommes homosexuels et séropositifs pour les faire sauter en parachute. Eric, Vincent, Pascal, Matteo et Romain ne se connaissent pas, n’ont pas forcément grand-chose en commun si ce n’est le virus qu’ils ont dû dompter, avec lequel ils ont appris à vivre. Mettre en parallèle un baptême de l’air et la découverte de sa séropositivité, comparer le vertige du saut à celui d’un résultat médical qu’on n’attendait pas ; il fallait oser. Vincent Boujon, réalisateur de courts métrages de fiction et de films de prévention contre le SIDA, s’en tire bien, grâce à une foi certaine en son projet et à cinq hommes qui ont bien voulu jouer le jeu, et pour qui le tournage (express, six jours consécutifs en juin 2013) n’était rien d’autre qu’un autre plongeon dans le vide. Si Vivant ! est réussi, c’est qu’il garde en tête d’être autant un film d’aventure qu’un récit de l’intime : aux séquences de saut, chorégraphiées comme des morceaux de bravoure où le suspense est à son comble (oseront-ils franchir le pas ?), les discussions des cinq mecs, les soirs avant le grand jour, répondent idéalement. Car c’est un parcours à double sens auquel on assiste : d’une part, celui de la préparation à une pratique encore inédite à tous ; d’autre part, le chemin parcouru depuis la découverte de l’infection, la domestication au quotidien d’une peur (le spectre du SIDA) sans cesse présente.

Vivant !
fait mouche quand les trajectoires se rencontrent, là au bord du vide, dans la demi-seconde qui précède le saut - qui n’est, comme l’explique Eric, pas si éloigné du moment où on ouvre la lettre du laboratoire. Le film ménage de beaux instants, à l’image de cette scène où Pascal, à qui l’on réclame un numéro de proche à contacter en cas d’accident, explique qu’il n’a “plus personne” - ou quand Pascal et Matteo apprennent qu’ils devront sauter en tandem, encore trop confus qu’ils sont quant à la direction à prendre en fonction du vent. Le documentaire parvient à capter cela, les menues déceptions, la joie de parvenir à se dépasser. Vivant !, surtout, n’oublie pas que ces cinq-là apprennent tout juste à se connaître, ne sont pas amis et ne partagent pas nécessairement ni les mêmes idées ni la même philosophie de vie. S’il insiste parfois un peu trop sur son programme de “coaching personnel” (en gros, se mettre en danger pour se sentir vivant), le film touche par la tendresse immense qu’il déploie pour ses “comédiens”, cinq hommes très différents qui feraient aussi de beaux personnages de roman.

 


Fiche du film


Logo IEUFC