L'Âge atomique


L'Âge atomique

Un film de Héléna Klotz

Avec Niels Schneider

Le film a reçu le Prix Jean Vigo 2012 ainsi que le Grand Prix du Jury au Festival Premiers Plans d’Angers 2012. Tant pis pour nous.

Article de Pauline Labadie 0 étoile



Dans un RER, dont les bruits de circulation sur les rails sont au premier plan de la bande son, deux garçons se font face. En fond, la vitre du train, et derrière elle la banlieue parisienne encore, la capitale bientôt. Puis une musique électro-pop envahit tout l’espace. La fiction nous fait douter d’elle-même puisqu’un des deux garçons entonne les paroles du morceau, sourit à la musique qui vient de faire irruption dans leur voyage. Scène charmante, ludique et quelque peu postmoderne, où le cinéma se manifeste comme pur artifice. Seulement, Héléna Klotz ne se contente pas d’invoquer joyeusement la Nouvelle vague dans un court premier film de 68 minutes dont le scénario tiendrait dans la main.

Il y a une impossibilité physique dans la réception des dialogues du film. Anti-naturalistes affirmés, ils sont écrits comme ceux des films de son père, Nicolas Klotz (Low Life, 2012 ; La Question humaine, 2007). Lyrisme et profusion, peu d’ancrage avec le jeu physique des acteurs, et encore moins de possibilité de croyance. Les personnages parlent pour raconter leurs idées, pour illustrer la personnalité que leur aura donnée un scénariste. Le père s'en saisit pour inscrire sa fiction dans une posture romanesque que sa mise en scène soutient, tout du moins autorise.
 
 
 
 
Chez la fille, les dialogues sont le premier signal d’un langage fermé, d’une communication entre initiés, d'un rendez-vous de cinéma qui ne concernerait que ceux qui comprennent. Qui comprennent quoi ? La mélancolie, la peine d’être jeune, le spleen élégant de ces deux jeunes vampires ? La peine des personnages d'Héléna Klotz est incommensurable car elle n’apparaît jamais dans sa mise en scène, elle n’existe que dans sa revendication verbale. Du verbe ne naît ici que le vide. Faire déclamer Le Dormeur du val de Rimbaud en boîte de nuit à son personnage éclairé par des néons violets sur les canapés du Social Club ce n’est pas faire une scène de cinéma sur le sentiment mélancolique, c’est faire des manières.

Ce qui suit est à l'avenant : les disputes fanfaronnes des jeunes garçons lorsqu’ils croisent en sortant du club ce qu’ils considèrent être un fils à papa. L’acteur Niels Schneider serait ce garçon de droite qui gagne de l’argent et vomit les bohémiens, tandis que les deux petits filous, se moquant bien de son capitalisme triomphant, auraient pour eux la poésie et le charme, en plus de porter pour plus de 250 euros de sapes vintage sur le dos. C’est eux qui le disent. Le vrai problème de ce genre de scène n’est pas tant dans le choix (ici assumé) de ce genre de personnages mais plutôt dans le doute éprouvé : la cinéaste espère-t-elle que le portrait qu’elle en fait est crédible ? Même l'humour serait un soulagement qui n'arrive jamais, ses personnages sont bien trop pris au sérieux pour qu'on y touche.

La mise en scène, au demeurant plutôt belle de couleurs saturées dans sa vision de Paris (le film est réalisé avec l'appareil photo Canon 1D), ne fait qu'exacerber par ses partis pris forts le problème du langage. La propension à la grandiloquence sonore, toutes nappes de synthés dehors et ralentis chic et choc, n’aident pas plus à déceler ce qu’il reste de sincérité sous tant de grotesque branchitude. 


Fiche du film


Logo IEUFC