Rita Hayworth

Nationalité : américaine

née le 17-10-1918

décédée le 14-05-1987

Biographie

Margarita Carmen Cansino, naît le 17 octobre 1918 à New York. Elle est l’aînée d’une famille de trois enfants, fille d’Eduardo Cansino, danseur d’origine espagnole, et de Volga Haworth, d’origine irlandaise. Tout au long de son enfance, son père exige d’elle un travail sans relâche, veille sur son éducation de manière rigoureuse afin qu’elle devienne une danseuse accomplie. S’apercevant bien vite du talent de sa fille, il l’oblige à abandonner l’école. Il fonde les « Dancing Cansino » et Margarita se produit avec lui dans les Night Club de Tijuana. En 1935, Winfield Sheehan, vice président de la Fox Film Corporation, de passage à Tijuana, est ébloui par le numéro et la grâce de l’adolescente. Il lui propose de venir à Hollywood tourner un essai. C’est ainsi qu’elle apparaît dans un court métrage espagnol, puis plus tard dans Dante’s inferno et Under the pampas Moon sous le nom de Rita Cansino. Cela ne sera pas suffisant, lors de la fusion de la Fox, qui devient la 20th Century Picture, le nouveau président, Darryl Zanuck, ne réitère pas son contrat.

En 1937, pour échapper à l’enfer de sa famille, elle épouse Edward Judson, homme d’affaires douteux qui est de vingt ans son aîné. Judson connait bien Harry Cohn, le Président de la Columbia. Il lui présente sa femme et Cohn tombe rapidement sous le charme. Il l’engage, l’oblige à changer de look et à abandonner son nom pour Rita Hayworth (nom de sa mère auquel un « y » est rajouté pour la distinguer de son oncle également acteur, Vinton Haworth). Elle tourne alors notamment Who killed Gail Preston en 1938 et Only angels have wings d’Howard Hawks avec Cary Grant en 1939. Elle enchaîne les films et les firmes commencent à se la disputer. C’est ainsi qu’elle tourne Susan and God pour la MGM en 1940 et de The Strawberry blonde pour la Warner Bros. La même année, elle enchaîne une série de films pour la Columbia dont Music on My heart, une comédie musicale, The Lady in question avec Glenn Ford, premier film d’une longue série avec lui. Douglas Fairbanks Jr. sera son partenaire dans Angel over Broadway.

En 1941, Rouben Mamoulian exige de Zanuck qu’il la fasse venir au casting de Blood and Sand. Elle joue avec une aisance particulière, improvise ses gestes, elle se révèle et le film est un réel succès. C’est alors qu’Harry Cohn réalise qu’il détient une actrice hors pair, des plus sensuelles et des plus convoitées d’Hollywood. Rita enchaine deux films avec Fred Astaire, You’ll never get rich (1941) et You were never lovelier (1942) où elle est une partenaire idéale pour le danseur. Zanuck, qui comprend l’erreur d’avoir laissé partir Rita, fait encore appel à elle pour My gal sal qu’elle tourne aux côtés de Victor Mature en 1942. La même année, elle divorce avec Ed Judson et entame une courte liaison avec Victor Mature, rapidement remplacé par Orson Welles. Ils deviennent un des couples mythiques d’Hollywood. Elle épouse Welles à la sauvette le 7 septembre 1943 pendant le tournage de Cover girl. De son union avec Orson Welles naîtra Rebecca le 17 décembre 1944.

Mais avec le temps, l’actrice ne supporte plus les absences de son époux, elle l’accuse injustement d’avoir des liaisons, ce dont il ne se privera pas par la suite. Elle signe pour le rôle-titre de Gilda de Charles Vidor. Le film, sorti sur les écrans en 1946, est un réel succès. Gilda réunit tous les ingrédients de la fascination, son image devient mythique. Ce film la propulse définitivement au rang suprême d’icône d’Hollywood. En 1947, elle refuse le rôle d’Ellen dans Péché mortel mais tourne Down to heart, une comédie musicale auprès de Larry Parks, et demande le divorce à Orson Welles. Elle accepte néanmoins de tourner avec lui The Lady from Shanghai, film au succès mitigé. En 1948, elle tourne The loves of Carmen avec Glenn Ford. Elle est financièrement très à l’aise et lance sa propre société de production : la Beckworth Corporation Production.

C’est en 1949, lors de vacances en Europe, qu’elle rencontre Ali Khan. Subjugué, il demande rapidement sa main et c’est le 27 Mai 1949 que Rita devient Princesse Ali Khan. Le mariage est célébré à Vallauris, petite ville de la Côte d’Azur et ils s’installent à Cannes. C’est le conte de fées… Mais elle déchante vite devant les infidélités de son mari et le mal du pays qu’elle ne parvient pas à surmonter. En décembre 1949, elle met au monde la Princesse Yasmina Aga Khan. Deux ans plus tard, elle quitte le Prince et retourne aux Etats-Unis avec ses filles.

Désabusée, qu’elle fait son come-back à Hollywood et tourne en 1952 Affair in Trinidad au côté de Glenn Ford. La même année, elle demande le divorce au Prince. Peu de temps après, elle rencontre le chanteur Argentin Dick Haymes, en cours d’expulsion. Toujours en quête d’un foyer loin du monde du cinéma, elle croit en ses belles paroles et l’épouse le 24 septembre 1953. De tous ses mariages, celui avec Haymes aura été le plus violent et la période de sa vie la plus difficile. Elle tourne en 1953 Salomé avec Stewart Granger et Miss Sadie Thompson, deux films qu’elle devait encore à la Columbia, en association avec sa propre société de production la Beckworth Corporation. Elle divorce du chanteur le 13 décembre 1955. En 1957, elle tourne Fire down below avec pour partenaires Jack Lemmon et Robert Mitchum, et Pal Joey avec Franck Sinatra et Kim Novak. Le 2 février 1958, Rita épouse le producteur James Hill, qui lui fait la promesse de la sortir du cauchemar nommé Hollywood.

Mais le producteur ne tient pas promesse et ce cinquième mariage se solde par un nouvel échec, le dernier. Elle tourne Separate tables en 1958, They came to Cordura en 1959 et The Road to Salina et Wrath of God en 1960. En 1964, le succès Circus World avec John Wayne lui vaudra une nomination au Golden Globes. Mais le déclin s’amorce, Rita sombre dans l’alcool, cède de plus en plus à des crises de violence inexpliquées, prémices de la maladie d’Alzheimer qui ne sera diagnostiquée que bien plus tard. Elle se retire définitivement du cinéma en 1972. L’évolution de la maladie qui la plonge dans la démence totale l’oblige à quitter la Californie et à s’installer à New York, près de sa fille.

En 1981, le juge nomme la Princesse Yasmin Aga Khan tutrice légale de sa mère. Rita Hayworth décède le 14 mai 1987, à New York, des suites de sa maladie, mais laisse derrière elle l’image d’une reine de beauté et du grand écran.

Sylvie Mesere

Vous pouvez également consulter le site dédié à l'actrice

Filmographie Acteur


Logo IEUFC