Federico Fellini

Nationalité : italienne

né le 20-01-1920

décédé le 31-10-1993

Biographie

Né à Rimini en 1920, Federico Fellini a une enfance ordinaire dans une petite ville balnéaire tranquille. L'univers artistique dans toute sa variété l'attire dès son plus jeune âge.

Il débute sa carrière comme dessinateur, alors qu'il n'avait que 15 ans et la poursuit ensuite en tant que journaliste, avant d'écrire, dès 1939 pour la radio et le cinéma ; c'est effectivement à ce moment là que Fellini quitte sa province pour la grande Rome.

Sa véritable carrière de cinéaste débute en 1951 avec le film « Luci del varietà » (Feux du Music Hall) où on trouve déjà sa grande passion pour le monde du spectacle : cirque, cabaret, théâtre ; on y trouvera d'ailleurs aussi des traces dans « La Dolce Vita » : notamment un spectacle de cabaret et l'apparition d'un clown.

Fellini mettra toujours beaucoup de lui-même dans ses films : il raconte sa jeunesse dans « I Vitelloni », son enfance dans « Amarcord » et dans la « Dolce Vita » il y met en partie ses propres expériences : ce n'est pas un hasard si le protagoniste du film incarne un journaliste.

Fellini a aussi collaboré avec de grands cinéastes tel que Rossellini avec qui il a coécrit un des plus grands films italiens « Roma città aperta » qui a introduit en Italie un nouveau courant : le Néoréalisme.

Il faut effectivement rappeler le contexte dans lequel l'Italie se trouve à l'époque : on est en pleine seconde Guerre Mondiale, les alliés débarquent en Italie le 4 juin 1944 et la Libération provoque, entre autre, la naissance d'un nouveau courant cinématographique : le néoréalisme, qui a des objectifs et des moyens particuliers. Ce courant vise à un examen de conscience, envisage la réalité pour être utile à l'homme, notamment à travers l'étude de tous les problèmes de l'Italie et de l'Europe au lendemain de la guerre.

Les moyens que les réalisateurs se donnent : des décors réels, acteurs professionnels et non professionnels, une image souvent grise et sans effets techniques, des dialogues naturels, un cadrage proche de celui des actualités (caméra légère, pellicule sensible, son direct), intérêt pour les milieux populaires et les problèmes du quotidien, mise en scène à la limite de l'improvisation.

Fellini est à première vue héritier de ce courant, dans ses premiers films, par exemple, il tourne toujours en décor naturel, mais avec « La Dolce Vita », « il Maestro » rompt avec l'école néoréaliste : au début le film devait être la suite de « I Vitelloni » et de son personnage principal « Moraldo », et devait s'appeler « Moraldo in città », mais les réalisateurs se sont aperçus que le public pouvait ne plus être intéressé par la vie d'un provincial ; c'était le début du boom économique et l'Italie était devenu un pays prospère, le cinéma avait aussi prospéré et Rome devenait une sorte d'Hollywood. Les réalisateurs s'engagent alors dans un nouveau projet : l'histoire d'un journaliste qui allait découvrir la Rome de l'argent et de la décadence. En s'intéressant, donc, à un milieu social aisé, voie aristocratique, en utilisant des acteurs célèbres et un décor entièrement reconstruit en studio, le film n'a en effet a priori que peu de rapport avec le néoréalisme. Fellini à ce propos dit que malgré sa collaboration avec Rossellini, il n'a jamais été influencé par son néoréalisme. Si Rossellini revient de l'expression documentaire, Fellini, lui, se dirige vers une expression spectaculaire et onirique.

Pourtant « La Dolce Vita » nous propose tout de même une réalité qui n'est pas corrigée en fonction de la psychologie et des exigences du drame, et qui est toujours proposée comme étant une découverte singulière

Fellini tournera par la suite beaucoup d'autres films : entre 1951 et 1990, il aura tourné 24 films, tous teintés d'un réalisme onirique.

Fellini meurt le 31 octobre 1993 à Rome. Tous les plateaux de tournage ont gardé une minute de silence en sa mémoire.

Filmographie Réalisateur

Filmographie Acteur


Logo IEUFC