Theo Angelopoulos

Nationalité : grecque

né le 17-04-1935

décédé le 24-01-2012

Biographie

Théo Angelopoulos est né à Athènes, le 27 avril 1935, dans une famille de commerçants. Son père, Spyros, était originaire d’Ambeliona, un petit village du Péloponnèse, situé près d’Olympie. Il tenait plusieurs petites boutiques à Athènes. Sa mère, Katerina, était originaire de Crète et tenait la maison. Il a un frère, Nikos, qui est devenu un homme d’affaires réussi, et deux sœurs, Haroula, sa cadette de onze années, et Voula, emportée par une maladie quand il avait treize ans.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale et l’occupation allemande, en 1944, son père a été condamné à mort par l’ELAS, l’Armée révolutionnaire sous l’influence du Parti communiste, pour ne pas l’avoir soutenu activement. Il se souvient d’être allé avec sa mère chercher le corps de son père, blessé entre de nombreux Grecs tués. Son père n’a été sauvé que par miracle.

Après la Guerre Civile Grecque, Théo Angelopoulos a poursuivi des études supérieures de droit à l’Université d’Athènes, de 1953 à 1957. Il découvre le cinéma, surtout le cinéma américain. Il a aussi écrit des poèmes dans une veine romantique, influencé par Byron et plus tard par Georges Seferis et Constantin Cavafy.

Après son service militaire (1959-1960), il est parti pour Paris en 1961, où il a suivi des cours de philosophie et de filmologie à la Sorbonne. Il a notamment été l’élève de Claude Lévi-Strauss. Puis, en 1962, il est entré à l’IDHEC, d’où il est renvoyé au terme de la première année pour « non-conformisme » (l’usage du panoramique à 360°) et suite à une dispute avec l’un de ses professeurs. Pour autant, il passe de nombreuses heures à la Cinémathèque d’Henri Langlois. En 1963, avec des amis, il a réalisé un film policier en 16 mm intitulé Noir et blanc (moyen métrage).

En 1964, Georges Papandréou, chef du Parti centriste, accède au pouvoir en Grèce et Théo Angelopoulos rentre dans son pays pour des raisons personnelles. Il a travaillé pendant trois ans comme critique de cinéma pour le quotidien de gauche Demokratiki Allaghi [Changement démocratique]. Parallèlement, il a donné des cours de français, d’histoire de l’art et de mise en scène. Malgré sa mise à l’index comme radical, il n’a pas été emprisonné quand les Colonels Papadopoulos et Patakos ont établi la dictature, après le coup d’Etat du 21 avril 1967, mais la parution du quotidien Demokratiki Allaghi a été interdite. Avec d’autres qui devinrent les meneurs d’une nouvelle vague de cinéma en Grèce, il a formé une communauté de cinéma dont les membres se réunissaient régulièrement pour réaliser des films qui pourraient déjouer la censure autoritaire et avoir tout de même une portée politique. En 1970, il réalise son premier long métrage, La Reconstitution.

Son œuvre n’est pas très abondante : douze longs métrages en trente-cinq ans, de Reconstitution (1970) à Eleni, la Terre qui pleure (2004).

Son père est mort pendant l’été 1974, alors qu’il tournait Le Voyage des Comédiens. Il arrêta le tournage pendant un certain temps avant de terminer le film.

Plus tard, pendant quelques années, il vécut avec l’actrice Eva Kotamanidou, qui jouait Electra dans Le Voyage des Comédiens, entre autres rôles. Mais depuis 1979, il vit avec Phoebe Economopoulou, qui a grandi dans une famille grecque très impliquée dans la production cinématographique. Elle a été la productrice de tous ses films postérieurs. Ils ont trois filles – Anna, Katerina et Eleni – qui apparaissent toutes trois dans la séquence de la nouvelle année dans Le regard d’Ulysse.

En 1999, Angelopoulos reçoit l'insigne d'officier de la Légion d'Honneur à l'Ambassade de France à Athènes.

Filmographie Réalisateur

Filmographie Acteur


Logo IEUFC