Billy Wilder

Nationalité : autrichienne

né le 22-06-1906

décédé le 27-03-2002

Biographie

Assurance sur la mort, Le Poison, Boulevard du crépuscule, Le Gouffre aux chimères, Sept ans de réflexion, Certains l’aiment chaud, La Garçonnière, autant de chefs-d’œuvre qui ont un nom en commun : Billy Wilder.

Né le 22 juin 1906 à Susa (Autriche-Hongrie), Samuel « Billy » Wilder était de ces hommes qui pensent que l’on peut rire de tout : de la mort, de la prison, de la Guerre froide, de la solitude, de l’abandon, de l’adultère, des travestis, de l’arrivisme, du capitalisme, du communisme, du cinéma, des icônes populaires. Mais là où certains voient de la moquerie, Billy lui ne voyait qu’un sujet fort, abordable de manière originale : Stalag 17 n’annonçait-il pas La Grande évasion, ou Certains l’aiment chaud n’a-t-il pas permis à des films comme Transamerica de voir le jour ?

Celui qui n’avait pas peur de faire parler les morts (Boulevard du crépuscule) n’a jamais rien fait comme les autres : destiné à une carrière d’avocat, il s’est rapidement tourné vers le journalisme, avant d’émigrer vers les USA à la montée du nazisme. Après un détour à Paris où il réalise son premier film, Wilder devient scénariste et travaille pour les plus grands : Raoul Walsh, Julien Duvivier mais surtout Howard Hawks et Ernst Lubitsch.

Excité, Wilder se lance dans la mise en scène, et bluffe tout le monde dès son premier film américain : Uniformes et jupons courts est un succès, notamment grâce à « l’oscarisation » de Ginger Rogers. Rapidement, Wilder trouve son style : une narration en voix-off, une plume aiguisée critiquant sans prendre position, une mise en scène d’apparence classique mais truffée d’ingéniosité et de plans inoubliables.

Il travaille aussi avec le tout Hollywood : Ray Milland, Gloria Swanson, Kirk Douglas, Tom Newell, Humphrey Bogart, Audrey Hepburn, Gary Cooper, Maurice Chevalier, Marlène Dietrich, Charles Laughton, Tony Curtis, Shirley MacLaine, James Cagney, Horst Buchholz, Dean Martin, Kim Novak, Susan Sarandon, emploie son modèle absolu Erich Von Stroheim et se crée sa « famille » du cinéma, composée de Jack Lemmon, Walter Matthau, William Holden et Marilyn Monroe.

Eclectique, il aborde aussi facilement la comédie que le drame, le film de guerre que le film historique, toujours en s’appuyant sur ses propres scénarios, des adaptations ou même des remakes (Buddy, Buddy inspiré de L’Emmerdeur de Molinaro). Nominé 12 fois aux Oscars en tant que scénariste (il en remportera 3) et 8 fois en tant que réalisateur (2 gagnés), il fait partie des cinq réalisateurs ayant remportés à la fois les Oscars du Meilleur film, Meilleur réalisateur et Meilleur scénario.

Il y a pourtant les projets dans lesquels on aurait aimé le voir : ce film avec les Marx Brothers, abandonné suite à la mort de Chico, ainsi que celui avec Laurel et Hardy remis en cause par la santé précaire de Hardy. Mais le plus intéressant aurait pu être La Liste de Schindler, sur lequel il a longtemps travaillé avec Spielberg, et s’est finalement retiré vu son âge ; de son propre aveu, s’eût été son film le plus personnel (sa mère et sa grand-mère ayant été tuées durant l’Holocauste).

On dit que l’humour conserve : la preuve, Billy Wilder est mort le 27 mars 2002. L’occasion de paraphraser une de ses célèbres citations durant l’enterrement de Lubitsch : « Billy Wilder est mort ; pire, il ne fera plus de films. »

Bastien Martin

Filmographie Réalisateur


Logo IEUFC