Stanley Kubrick

Nationalité : américaine

né le 26-07-1926

décédé le 07-03-1999

Biographie

STANLEY KUBRICK ou la puissance visuelle

Très jeune, Stanley Kubrick comprit et s'intéressa à une chose : tout homme à une part de vice en lui. Cette idée deviendra un leitmotiv qu'il explorera dans tous ses films sans exception, un manichéisme psychologique et physique que chaque homme choisit de combattre ou d'étendre. Kubrick est considéré comme l'un des plus grands génies cinématographique de tous les temps et cela n'est pas arrivé par hasard.

Le récit de la vie de Kubrick est identique à ses oeuvres, controversées, agitées et passionnées.
Stanley Kubrick voit le jour le 26 juillet 1928 à Manhattan. Vivant dans une famille aisée, le jeune Stanley se révèle être très intelligent mais très peu sociable. Il reçoit à l'age de 13 ans son premier appareil photographique, un Graflex professionnel. Ce cadeau lui est offert par son père, Jaques Kubrick, qui lui transmettra aussi sa passion pour la littérature et les échecs. A partir de cet âge, Stanley n'arrêtera plus jamais de s'employer activement dans ces trois domaines : la photographie, la littérature et les échecs. Stanley éduque son oeil en photographiant sans cesse et en analysant tous les films qui lui étaient donné de voir. Le 25 juin 1945 il prit un cliché représentant un marchand de journaux pleurant la mort du président Roosevelt. Il vendit son tirage au magazine Look et intégra l'équipe de ce dernier six mois plus tard. Commença alors pour le jeune Stanley âgé de 16 ans un apprentissage photographique intensif. Pendant quatre ans, il réalisa de nombreux reportages et peaufina son sens inné de la composition, du cadrage et du rythme visuel.

Dans le même temps, Stanley se révèle être un cinéphile acharné, enchaînant tous les films diffusés sur le moment et dévorant les ouvrages de technique cinématographique. C'est donc logiquement qu'il se tourna vers le monde du cinéma et en 1950 entame sa carrière de cinéaste indépendant avec Day of the fight. Ce premier court métrage est pour Stanley un formidable tremplin pour sa carrière, en associant sa passion pour la boxe, les différents reportages photos qu'il avait déjà effectués sur le sujet et ses dons de photographe, il réalise un court de 8 minutes sur la vie du boxeur Walter Cartier.Cette première réalisation est techniquement impressionnante, on y retrouvera tout le style Kubrick : utilisation de la voix off, du travelling compensé et hommages à Eisenstein.

Après trois années de petits boulots, Stanley réussit avec son acharnement naturel à financer son premier long-métrage Fear and Desire. Avec une équipe de 14 personnes il met en scène une guerre fictive en explorant la mort et les désirs humains. Ce premier film sera assez bien accueilli et sera surtout encensé pour l'incroyable maîtrise visuelle de ce jeune réalisateur indépendant.

En 1954, ne trouvant pas de véritable projet, il s'attela à l'écriture du scénario qui deviendra un an plus tard celui de Killer's Kiss (Le baiser du tueur). Tournant le plus souvent illégalement et avec une équipe réduite il met en scène un scénario dans lequel un boxeur se retrouve imbriqué dans une poursuite meurtrière. Une trame simple qui sera le gros défaut du film malgré une impressionnante maîtrise visuelle. Kubrick s'inspire librement d'Eisenstein et d'Hitchcock tout en intégrant des mouvements et des cadrages qui lui sont propres : travellings dans des couloirs, cadrages symétriques ou encore personnages regardant fixement l'objectif. En 1955 Kubrick vendit son film à la United Artists en rentrant tout juste dans ses frais, tout le monde voyait en Killer's Kiss une prouesse visuelle pour un cinéaste indépendant mais critiquait la simplicité du scénario.

Stanley en prit note et il s'avéra que ce détail fut d'une importance majeure pour lui. Il fit la connaissance de James B. Harris, un jeune producteur à la recherche d'un jeune talent. Kubrick cherchant justement un producteur s'associa pour créer la Harris-Kubrick Pictures Corporation en 1955. Ils achetèrent alors les droits de Clean Break, un roman de Lionel White. Avec l'aide d'un scénariste, Kubrick acheva le scénario au nom de The Killing (L'ultime Razzia), une histoire de braquage. Il commença alors le tournage de ce qui sera son premier film « Hollywoodien ». En 1956 le film sorti en salle mais étant mal distribué il ne marche pas du tout malgré des critiques élogieuses sur l'aspect visuel. Le duo Kubrick Harris obtint finalement un contrat avec la MGM qui leur proposa de financer un film de leur choix.

Au même moment ils achetèrent les droits d'un des romans préférés de Kubrick, Paths of Glory écrit en 1935 par Humphrey Cobb. Travaillant sur deux projets en même temps (officiellement Brûlant secret écrit par Sweig et officieusement Paths of Glory) Kubrick et Harris furent renvoyés de la MGM. Ils s'attelèrent donc entièrement au scénario de Paths of Glory. Le scénario plut tellement à Kirk Douglas qu'il fit du chantage à la MGM pour qu'elle le finance. Le tournage débutât en 1956 à Munich en Allemagne avec notamment Kirk Douglas et une jeune actrice Susanne Christian. Cette dernière deviendra la femme de Kubrick. En 1957 le film Paths of Glory (Les sentiers de la gloire) sort sur les écrans et provoque un grand scandale (c'est donc le premier d'une longue série de films controversés). En France le film est interdit jusqu'en 1974, il est retiré à la dernière minute de la sélection du film de Berlin, censuré par l'armée Suisse et interdit dans les bases américaines situées en Europe. Les critiques quand à elles sont élogieuses et considèrent ce film comme un chef d'oeuvre. Malgré cela le film est un échec commercial bloquant le duo Harris-Kubrick pendant un bon moment. Kubrick oscille entre de nombreux projets n'arrivant jamais à finaliser quelque chose.

En 1958, Kubrick et Harris tombent sur Lolita de Vladimir Nabokov. Amoureux du roman, ils en achetèrent les droits et commencèrent à écrire un scénario. Le 13 février 1959 alors qu'il venait juste de commencer à travailler sur le scénario de Lolita, Kubrick reçut un coup de fil de Douglas qui lui demanda s'il pouvait réaliser Spartacus dont le tournage était prévu seulement une semaine après. Douglas avait renvoyé Anthony Mann alors réalisateur sur Spartacus et en lui promettant la réserve de Lolita il installa Kubrick à sa place. Le tournage fut très difficile pour le jeune réalisateur, la machine Hollywoodienne ne lui allant pas du tout et Douglas producteur très présent à tous points de vue limitant la liberté de Kubrick. Il y eut 167 jours de tournage intensif et de longs mois de montage pour Kubrick qui abatti une quantité de travail astronomique sur ce film. Ce dernier sort en 1960 et rapporte 14.6 millions de dollars la première année d'exploitation alors qu'il en avait coûté 12. Le public est au rendez-vous et tout le monde salue l'impressionnante mise en scène et la qualité des acteurs. De plus Kubrick réalisa l'exploit de n'intégrer aucun symbole religieux, chose alors jamais vue dans un péplum.

Pendant ce temps le roman de Nabokov se vendit énormément dans le monde entier et après plusieurs refus, l'auteur Russe accepta d'écrire le scénario. Essayant d'éviter la censure le scénario est finalement adopté par Kubrick qui décide de tourner en Angleterre avec une équipe anglaise dont notamment les acteurs James Mason (Humbert Humbert) et Peter Sellers (Clare Quilty) sous l'égide de la Warner Bros. Le tournage dura 88 jours et le film Lolita sort en salles en 1962. Le film s'attira les foudres de l'Eglise mais tout en étant controversé fut très bien accueilli. Le film fut un succès commercial notamment du aux moindres frais engagés sur le tournage ce qui permit au duo Harris-Kubrick d'atteindre enfin leur liberté cinématographique.

Kubrick s'intéressa alors à la guerre atomique en cette période de Guerre Froide. Durant de longs mois il se documenta en lisant tout ce qui avait attrait avec la bombe atomique et la stratégie nucléaire. Il commença à travailler sur le roman de Peter George Red Alert avec l'auteur lui même et son producteur Harris. Puis Kubrick demanda à un journaliste, Terry Southern d'écrire une comédie noire sur leur scénario appelée Docteur Folamour ou Comment j'ai appris à ne plus m'en faire et à aimer la bombe. Ne conservant que l'argument principal de Red Alert cette comédie met en scène le gouvernement américain aux prises avec un général de l'armée américaine devenu fou et qui décide d'atomiser la Russie sans rien dire à personne. Le tournage se termine en avril 1963 avec en rôle vedette Peter Sellers qui joue le rôle du président Américain et du Docteur Folamour. Le film ressemble fortement à Paths of Glory et est un des films les plus pessimistes dans la carrière de Kubrick. Ce dernier passe 8 mois sur le montage après la fin du tournage. A sa sortie le film, quasiment parfait tant au niveau de la mise en scène que du jeu d'acteur, rapporte 5 millions de dollars. Il n’en fut pas moins très décrié et controversé de par son sujet et le réalisme présent tout le long du film accentua encore plus ce sentiment.

Fort de cet énorme succès Kubrick s'intéresse de plus en plus à la science fiction. Il va alors s'associer à l'écrivain Arthur C. Clarke. Chacun de leur coté ils écriront un scénario et 6 mois plus tard ils mettent le tout en commun. Ils produisent alors un scénario tenant la route intitulé 2001 : A Space Odyssey (2001 : l'odyssée de l'espace). Après de longs mois de documentation active avec notamment l'aide la Nasa, Kubrick commence le tournage. Il effectue de nombreuses modifications sur le scénario jusqu'à supprimer presque toutes les phases de dialogue laissant le sentiment d'ambiguïté dominer. Le tournage débute alors le 29 décembre 1965 avec une équipe prestigieuse notamment au niveau des effets spéciaux. Ces derniers sont très présents dans le film (il y'en a 205 chiffre énorme pour l'époque) et constitueront une grande avancée dans le cinéma. Kubrick met en place des maquettes et des décors d'une précision telle que la Nasa établit un rapport direct avec la production du film. En 1968, le film sortit sur les écrans. Il s'établit comme un chef d'oeuvre absolu pour beaucoup, énormément de personnes dont je fais partie considèrent 2001 comme la plus grande oeuvre cinématographique de tous les temps. Le rythme présent, la parfaite harmonie entre musiques, mélodies, sons et images, l'aspect unique et universel du message, les effets spéciaux avant-gardistes et terriblement efficaces, tout fait de 2001 : l'odyssée de l'espace une expérience cinématographique unique en son genre et un grand pas pour le cinéma mondial. Fin 1972, le film rapporte 31 millions de dollars et fait définitivement de Stanley Kubrick un très grand réalisateur. Pour les effets spéciaux de 2001, Kubrick reçut le seul Oscar de sa carrière.

Après ce coup de maître, Kubrick avait la MGM dans la poche et il pouvait enfin s'atteler au projet de ses rêves, une adaptation de la vie de Napoléon. Ayant terminé le scénario et choisi Jack Nicholson dans le rôle titre, Kubrick a vu son projet s'effondrer car les producteurs n'acceptaient plus de le financer au vu du désastre commercial d'un autre film traitant de la même période, Waterloo.

Kubrick en fut énormément attristé et commença alors à travail sur son prochain projet, l'adaptation du roman d'Anthony Burgess écrit en 1962, A Clockwork Orange (Orange Mécanique). Il écrivit seul le scénario et il tourna durant l'hiver 1970-1971 avec un budget de 2 millions de dollars ce qui sera son film le plus controversé. Orange Mécanique n'en est pas moins un magnifique chef d'oeuvre, puissant et prenant, le parcours d'Alex interprété magistralement par Malcolm Macdowell dénonce à la fois la société moderne, la manipulation des médias et surtout démontre la complexité du « psyché » humain. A sa sortie en 1971, de nombreux actes criminels sont effectués un peu partout avec des gangs revendiquant s'inspirer d'Orange Mécanique. Kubrick est décrié voire insulté et ce dernier démontre la puissance qu'il avait auprès des producteurs en enlevant des salles son film en Angleterre en pleine période d'exploitation. Il fut le seul réalisateur et sera sûrement toujours le seul à accomplir un tel acte, il était devenu surpuissant en contrôlait ce qu'aucun artiste n'avait jamais réussi à contrôler.

Après cette épreuve pénible, Kubrick tomba par hasard sur un roman de William Thackeray, Les Mémoires de Barry Lyndon écrit en 1844. Même avec l'échec de Napoléon, Kubrick désirait toujours réaliser une fresque historique, ce roman tombait à point. Il écrivit alors un scénario et commença le tournage en Irlande. Son souci de précision était tel qu'il avait fait copié de véritables costumes du XVIIIe siècle, confectionné des perruques avec de véritables cheveux et tourné le tout en extérieur. Suite à des menaces de l'IRA, la production fut déplacée en Angleterre ou il finalisa son film Barry Lyndon. Outre la magnifique mise en scène et la réalisation quasi parfaite Kubrick démontra son génie vis à vis de l'innovation technique. En effet il mit au point avec l'aide d'un inventeur italien un camera permettant de filmer des scènes uniquement éclairées à la bougie avec un objectif spécialement crée par la Nasa pour des vues aériennes. De plus il met en scène et filme certaines scènes comme des tableaux de l'époque. Le film s'en trouve être une oeuvre superbe, à l'image édifiante et à l'esthétisme magique. A sa sortie, en décembre 1975, il obtint de nombreux prix, notamment pour les costumes mais n'obtint pas de véritable succès commercial. Malgré son statut de chef d'oeuvre établi, beaucoup reprochent à Barry Lyndon sa longueur (prés de trois heures).

Très affecté et voyant s'envoler son rêve de réaliser un jour Napoléon, Kubrick décida de tenter de faire un succès commercial. Il décide donc d'adapter un best seller de Stephen King, The Shining. Kubrick refuse de lire le scénario écrit par King lui même et établit le sien avec l'aide de la romancière Diane Johnson. Choisissant Jack Nicholson pour le rôle principal Kubrick commence le tournage en mai 1978 jusqu'en avril 1979. Le film sort en mai 1980 et malgré de mauvaises critiques il réalise un succès commercial impressionnant, un million de dollars rapportés rien que le premier week-end et presque 31 millions la première année rien qu'aux Etats Unis. Le film s'avère être un chef d'oeuvre absolu, jouissant de l'interprétation divine de Nicholson, Shining terrorise et prend aux tripes et cela grâce à une réalisation précise et terriblement efficace.

Après cet énorme succès, Kubrick rencontra Michael Herr, un spécialiste de la guerre du Vietnam qui avait notamment participé à l'écriture d'Apocalypse Now de Francis Ford Coppola en 1979. Puis Kubrick découvrit le roman The Short-timers (Le merdier) de Gustav Hasford. Kubrick, Herr et Hasford travaillèrent séparément sur un scénario et en 1982 ils finalisent le scénario de Full Metal Jacket. Le tournage débuta en août 1985 et se finit en septembre 1986 avec notamment des acteurs tels que Lee Ermey dans le rôle du sergent instructeur et Matthew Modine dans le rôle du soldat Joker (Guignol). Kubrick ajouta une musique composée par sa fille sous le pseudonyme Abigail Mead. Le film sorti en juin 1987 fut un succès même si Platoon d'Oliver Stone sorti peu avant lui fit un peu d'ombre. Il s'avéra surtout que Full Metal Jacket est un grand chef d'oeuvre, pour beaucoup parmi les trois grands films traitant du Viet Nam, doté d'une réalisation parfaite et d'une mise en scène magistrale. Les tribulations du soldat Joker tentant de rester sain d'esprit dans ce monde de folie déconcertèrent et sonnèrent des générations de spectateurs.

Après ce succès Kubrick travailla sur de nombreux projets. Il écrit en 1991 un scénario de science fiction adapté d'une nouvelle de Brian Aldiss Des jouets pour l'été et l'intitula Artificiel Intelligence (Intelligence Artificielle). Voyant que la technologie de l'époque ne lui permettait pas de réaliser les effets spéciaux qu'il souhaitait pour le film il repoussa la réalisation à plus tard. Il s'attela ensuite à un scénario inspiré du roman de Louis Begley, Une éducation polonaise écrit la même année. Ce scénario qu'il nomma Aryan Papers mettait en scène un jeune garçon et sa tante tentant de survivre dans la Pologne nazie de la Seconde guerre mondiale en se faisant passer pour des aryens. Kubrick abandonna son projet qu'il jugea trop proche de The Shindler's list (La liste de Shindler) réalisé par Steven Spielberg en 1993. Ce même Spielberg sorti également Jurassic Park en cette année 1993, et ce dernier film a persuadé Kubrick que les effets spéciaux dont il avait besoin pour son scénario Artificial Intelligence étaient au point. Il développa donc une histoire spécifique avec un robot enfant cherchant l'amour des humains. En 1995 il pensait confier la réalisation à Spielberg alors qu'il produirait le tout. Comme tous deux étaient occupés il repoussa cette association à plus tard.

Kubrick décida alors de réaliser un petit film intimiste adapté d'une nouvelle d'Arthur Schnitzler qu'il avait lu des années auparavant, Traumnovelle présente dans le recueil La vie rêvée publié en 1926. Il intitula son scénario Eyes wide Shut. Le tournage démarra en Angleterre le 4 novembre 1996 avec Tom Cruise, Nicole Kidman, Harvey Keitel et Jennifer Leigh. Mais suite à divers problèmes Keitel fut remplacé par Sydney Pollack et Leigh par Marie Richardson. Le tournage s'acheva en juin 1998. Le film se révéla être un magnifique chef d'oeuvre, à la plastique parfaite et à l'emprise psychologique impressionnante. Le couple Cruise Kidman ainsi que la Warner Bros furent très satisfait du résultat final. Kubrick lui même fut très heureux de son oeuvre et déclara que c'était là son « meilleur film ». C'était certainement le plus mûr de tous les chefs d'oeuvres magiques de ce réalisateur hors normes.

Le 7 mars 1999 quelques jours avant la sortie officielle du film, Stanley Kubrick mourut d'une crise cardiaque dans son sommeil. HAMICHE Samir (Kinosam)

Filmographie Réalisateur


Logo IEUFC