Sergio Leone

Nationalité : italienne

né le 03-01-1929

décédé le 30-04-1989

Biographie

Né le 3 janvier 1929, Sergio Leone était le fils de Bice Valerian, actrice, et Vincenzo Leone, réalisateur. Il était donc normal que le petit Sergio se dirige vers le cinéma. Il débuta en tant qu'acteur sur Le voleur de bicyclette de Vittorio De Sica, mais c'est dans la réalisation qu'il trouvera sa voie. Il participera ainsi à différents postes sur les tournages de Quo Vadis?, Hélène de Troie, Ben-Hur ou encore Aphrodite, déesse de l'amour. Il remplacera son ami Mario Bonnard sur le tournage de Les derniers jours de Pompéi, où il sera crédité co-réalisateur. Leone recevra alors l'opportunité de son premier film en, solo, Le colosse de Rhodes. Voulant quitter le monde des péplums, Leone refuse nombre de projets mais est contraint (sans doute pour raisons financières) à participer au tournage de Sodome et Gomorrhe en tant que réalisateur de seconde équipe. Les relations entre Leone et Aldrich, réalisateur attitré, furent très tendues, chacun ayant sa propre vision du film.

Mais Leone voit enfin l'opportunité de se forger un nom en 1964, lorsqu'il accepte de tourner un western en Espagne, avec très peu de moyens et des acteurs quasi-inconnus, issus de films de série Z. Pour une poignée de dollars sera une véritable révolution dans le monde du western, et dans le monde du cinéma en général. Le style "westren-spaghetti" est né, et avec lui les légendes de Sergio Leone et Clint Eastwood. Le film remporte un tel succès à travers le monde que Leone remet le couvert l'année suivante avec Et pour quelques dollars de plus?. Cette fois, non plus un mais bien deux héros sont à la tête d'affiche. Leone renoue avec le succès. En 1967, il clôt sa trilogie "des dollars" avec le mythique Le bon, la brute et le truand, le plus drôle, le plus célèbre et le plus culte de ses films.

Au fil des années, Leone peaufine et perfectionne son style, et semble avoir atteint sa maturité avec Le bon, la brute et le truand. Sergio veut donc passer à autre chose. Mais les producteurs refusent, le genre rapporte énormément d'argent. Leone, qui voit son style complètement dépecé (il avouera un jour au sujet des western-spaghetti : "j'ai donné naissance à des débiles!") par de piètres cinéastes exploitant le filon, décide alors de faire le western-spaghetti ultime, le sommet du genre, LA référence. Il bénéficie pour cela d'un casting international et prestigieux, et nous offre en 1969 le légendaire Il était une fois dans l'Ouest. Charles Bronson, Henry Fonda, Jason Robards et Claudia Cardinale remportent un succès immense et entrent dans la légende grâce à ce chef-d'oeuvre incontestable et incontesté. Du même coup, Leone débute sa seconde trilogie, celle sur l'Amérique...
Son prochain film, il désire seulement le produire, il n'est pas intéressé par sa réalisation. Les deux acteurs principaux sont trouvés : Rod Steiger et James Coburn. Et ce ne sera que sur leurs demandes incessantes que Leone acceptera de réaliser Il était une fois la révolution, où Leone exploite pleinement son goût de la critique et de l'humour. Ce film qui traite de la révolution au Mexique au début du XXe siècle montre une nouvelle évolution de Leone, qui s'est enfin détaché du western-spaghetti.

Les années suivantes, Leone travaille sur son projet le plus cher, une histoire de mafieux dans l'Amérique des années 30. Il travaille, re-travaille et re-re-travaille sur le scénario, réflechi aux acteurs et aux scènes. Le scénario connaît des dizaines de versions différentes, et plusieurs scénaristes s'arrachent les cheveux sur le sujet. Mais Leone ne trouve pas ce qu'il cherche, ni moyens financiers ni aspects artistiques. Il se lance alors dans la production avec Un génie, deux associés, une cloche et surtout le cultissime Mon nom est Personne, un western-spaghetti qui ne se prend jamais au sérieux et se moque un peu du genre...

En 1983, Sergio Leone est aux anges, il peut enfin réalisé son plus vieux rêve : Il était une fois en Amérique. De Niro et James Woods sont les principaux héros et effectuent des performances mémorables. Le film est une réussite totale, un sommet de l'histoire du cinéma, mais qui hélas ne connaîtra pas le succès qu'il mérite : demi-succès en Europe, massacré au montage aux USA, le film est un échec. Leone ne se laisse pas abattre pour autant et travaille sur son prochain projet, Les 900 jours de Leningrad. Mais son coeur, qu'il a fortement négligé pendant le tournage de Il était une fois en Amérique (il aurait refusé de se faire opérer pour terminer le film), ne veut plus le suivre et le lâche en 1989, sans que Leone aie eu le temps de préparer son nouveau film avec De Niro.

Sergio Leone, bien que décrié par les puristes des westerns de John Ford, a inéluctablement marqué de son empreinte l'histoire du cinéma, notamment par son style (paysages en plan larges et usages de gros plans inédits sur des visages typés, musique indissociable au film, le plus souvent signée son fidèle comparse Ennio Morricone, des acteurs issus de séries B ou Z, une démystification totale du vieil Ouest, de longues attentes avant une action très rapide (le duel du Bon...), un montage serré...) qui aujourd'hui encore influence nombre de cinéastes et par ce monument de l'histoire qu'est Il était une fois en Amérique.

Filmographie Réalisateur


Logo IEUFC